Henri Deléger

trompettiste

Présent au sein du Balcon depuis le premier concert de l’ensemble, le trompettiste Henri Deléger est aujourd’hui l’un des interprètes majeurs de Michael, le personnage central du cycle LICHT de Karlheinz Stockhausen. Il est également le cofondateur et président de l’association Le Tréteau, dont la volonté est de démocratiser l’accès de la musique, dans une démarche de médiation artistique et citoyenne.

Henri grandit dans les Yvelines, puis se forme au Conservatoire à Rayonnement Régional (CRR) de Versailles où il poursuit son apprentissage jusqu’au Diplôme d’Études Musicales (DEM). Il étudie ensuite un an au CRR de Rueil-Malmaison avant d’entrer au Conservatoire National Supérieur de Musique (CNSM) de Paris. Son adolescence est également marquée par la découverte des musiques non-écrites, telles que le jazz de la Nouvelle-Orléans, le blues, le reggae et le funk.

Henri a la certitude depuis cette époque-là que la musique doit être un art sans barrières, fait d’exigence, de plaisir et de simplicité. Sa première grande expérience est à ce titre évocatrice : il participe à Monkey, Journey to the West, un opéra multidisciplinaire imaginé par Damon Albarn et Jamie Hewlett (Gorillaz) à partir d’un conte légendaire chinois. Il joue ainsi au Châtelet et au Royal Opera House et participe à l’enregistrement d’un premier album en 2008. 

Après le CNSM de Paris, Henri Deléger part en 2010 à Zurich perfectionner sa pratique instrumentale à la Zürcher Hochschule der Künste, auprès de Frits Damrow, trompette solo du Royal Concertgebouw Orchestra, qui influence profondément son apprentissage. La confiance, le degré d’exigence et la passion du soliste hollandais éclairent cette année-là le début de carrière d’Henri, qui découvre également le plaisir de côtoyer des musiciens venus des quatre coins du monde. Deuxième rencontre fondamentale à Zurich : celle de Laurent Tinguely, qui lui permet de connaître ses premières expériences à l’Opéra de Zurich, avec notamment deux séries mémorables : un Falstaff (Verdi), dirigé par Daniele Gatti, et un Moses und Aron (Schönberg) dirigé par Christoph van Dohnányi.

Cette dernière œuvre en particulier, par l’écriture, les textures orchestrales et la force des parties chorales le bouleverse profondément, de même que la recherche permanente de perfectionnement du chef allemand.

Lorsqu’il revient en France, Henri Deléger enchaîne ensuite rapidement les concerts au sein d’institutions prestigieuses, où il rencontre bien d’autres chefs qui lui font grande impression : il cite volontiers Pierre Boulez, pour l’extrême précision apportée au geste, d’une efficacité redoutable, et Valery Gergiev, capable de diriger un orchestre et créer des atmosphères musicales par jeux de regards.

Avec Le Balcon, dont il rencontre les membres fondateurs au CNSM de Paris, il participe à un très grand nombre de concerts et de productions. Henri retient particulièrement l’opéra Le Balcon de Peter Eötvös, tiré de la pièce de Jean Genet, donné à l’Athénée Théâtre Louis-Jouvet en 2014 et à l’Opéra de Lille en 2015. Ce qu’il apprécie avant tout, c’est la possibilité de prendre le temps de vivre une production au rythme du théâtre ; de prendre un ou plusieurs mois pour se donner le droit de s’immerger dans l’œuvre, et de ressentir une forme d’unité avec l’équipe d’un projet. C’est également depuis Le Balcon qu’il aime dépasser son rôle d’instrumentiste et rentrer dans la peau d’un personnage dramatique.

Cette envie, c’est l’interprétation du personnage de Michael dans le cycle LICHT de Karlheinz Stockhausen qui va lui permettre de la concrétiser pleinement. Michael est à la fois le double du compositeur, un double de son fils, et un archétype mystérieux du génie humain ; un personnage complexe qui souffre, tombe amoureux, explore le monde et le contemple avec adoration. Son interprétation de Michael dans Donnerstag aus Licht, le premier opéra du cycle, a été unanimement acclamé par la presse et les spectateurs lors des trois représentations à l’Opéra Comique de Paris, en novembre 2018, et sera repris à Londres en mai 2019, avant la suite du cycle à partir de juin 2019 à la Philharmonie de Paris.

À la tête du Tréteau depuis 2015, Henri Deléger souhaite mettre l’éducation populaire et l’accès à la pratique artistique à la portée du plus grand nombre.

 

Version courte

Henri Deléger grandit dans les Yvelines et se forme au Conservatoire à Rayonnement Régional de Versailles, au CRR de Rueil-Malmaison avant d’entrer au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Son adolescence est également marquée par la découverte des musiques non-écrites, telles que le jazz de la Nouvelle-Orléans, le blues, le reggae et le funk. En 2010, Henri Deléger perfectionne sa pratique instrumentale à la Zürcher Hochschule der Künste. De retour en France, Henri Deléger enchaîne les concerts au sein d’institutions prestigieuses. Membre du Balcon depuis 2008, Henri Deléger incarne notamment Michael dans le cycle LICHT, dans une interprétation particulièrement saluée par le public et la critique à l’Opéra Comique ainsi qu’au Southbank Centre. À la tête de l’association Le Tréteau depuis 2015, Henri Deléger souhaite mettre l’éducation populaire et l’accès à la pratique artistique à la portée du plus grand nombre.