Mittwoch aus Licht

Opéra

Karlheinz Stockhausen (1928-2007)
Mittwoch aus Licht (1995-1997)

opéra en un salut, quatre scènes et un adieu pour neuf instrumentistes, un chœur avec chef chantant, orchestre, danseurs-mimes et électronique

Mittwoch aus Licht est l’opéra de la coopération, de la réconciliation et de l’alliance des trois protagonistes de Licht. Son élément est l’air, ce qui influence particulièrement l’écriture des quatre scènes : celles-ci ne sont pas reliés par une trame narrative mais possèdent une relation commune à l’idée d’unification qui se manifeste dans la musique elle-même. La musique de Mittwoch, prise dans sa totalité, propose une ouverture : ouverture de la salle de concert, multi- plication des espaces pour un même temps musical, vision d’une musique « volante », produite par des musiciens élevés dans les airs.

***

Mittwoch is the opera of cooperation and reconciliation with the three protagonists of Licht coming together in an alliance.  Air is the element of Wednesday, and exerts a major influence on the writing of all four scenes.  The scenes are not held together in a structured narrative, but in a shared relationship built around the idea of unification as expressed in the music itself.  The music of Mittwoch is a work to open boundaries:  opening up the concert hall, increasing the number of spatial dimensions for a single time dimension in music, opening a vision of music flying above, music produced by musicians raised up into the air.

Mittwochs-Gruss | Salut du mercredi | Wednesday Greeting

La musique électronique de Michaelion, la quatrième scène de Mittwoch aus Licht, est jouée dans l’auditorium. Les spectateurs ressentent l’effet du vent, grâce à l’exposition de voiles et de cerfs-volants. La musique est diffusée dans tout l’espace du bâtiment où la représentation a lieu.

A tape of electronic music (Michaelion, from the fourth scene of Mittwoch aus Licht) is heard in the auditorium.  The audience sees sails and kites and has the impression that the wind is blowing.  The music moves throughout the full scope of space.

Scène 1 : Welt-Parlament | Le Parlement du monde | World Parliament

Un parlement du monde, composé d’un chœur a cappella, est réparti en demi- cercle sur l’espace de la scène. Son président, placé au centre, prend la parole et engage les députés à partager leurs idées sur l’amour : douze solistes venant de différentes directions s’avancent ainsi au milieu et chantent des textes très variés sur cette thématique. Avec humour, le président corrige ou confirme les propos des députés. Une soprano colorature prend soudain la place du président et chante en dirigeant le chœur.

Here is a world parliament comprised of an a cappella choir standing in a semi-circle on stage.  The Speaker of the house of parliament, in the center, addresses the group, calling on the Members of Parliament to describe their ideas of love.  Twelve soloists appear from different directions and move towards the center, singing about love, and with a range of contrasting texts.  The speaker is witty in his corrections and congratulations on statements made by the Members of Parliament.  A coloratura soprano suddenly appears, taking the Speaker’s chair, singing and even conducting the choir at one stage.

Scène 2 : Orchester-Finalisten | Finalistes de concours d’orchestre | Orchestra Finalists

La musique électronique et concrète d’Orchester-Finalisten déploie onze es- paces sonores, qui s’enchaînent et se superposent par strates de trois grâce à une projection sonore en octophonie. Le son nous transporte ainsi à l’intérieur de la Basilique Saint-Marc de Venise, au-dessus d’une piscine où crient des enfants, dans un souk à Marrakech, un au-dessus d’un port, d’un train à vapeur…

Douze solistes (flûte, hautbois, clarinette, basson, cor, trompette, trombone, tuba, violon, alto, violoncelle, contrebasse), planent dans les airs et s’approchent du public en volant. Ils jouent chacun un solo, comme le ferait un musicien passant une audition pour un concours d’orchestre. Plus le temps passe, plus les sons s’éloignent de l’imaginaire sonore associé à la salle de concert, nous permettant d’entendre des espaces de plus en plus grands, de plus en plus ouverts : « on se retrouve ainsi dans un état qui n’est pas la perception de ce monde, mais qui nous ouvre à des expériences sonores occultes », K. Stockhausen.

The electronic music (concrete music) of Orchester-Finalisten generates eleven sound spaces, emerging and combining to be superimposed in layers of three and projected as octophonic sound.  The sound takes the audience inside Saint Mark’s Basilica in Venice, above a swimming pool where the shrill voices of children can be heard, into a souk in Marrakesh, over a harbor, by a steam train, and more.  Twelve soloists (flute, oboe, clarinet, bassoon, horn, trumpet, trombone, tuba, violin, viola, cello, double bass), hover and glide through the air, flying close to the audience.  Each one plays a solo, as would a virtuoso musician auditioning for an orchestra.  As time moves forward, the sounds move further away from the conventional acoustic concept of a concert hall, and the audience has the experience of hearing the sound in ever vaster, more open spaces.  For Stockhausen, the audience is not in a state intended to observe the world, but to open the scope for clandestine experiences of sound.

Scène 3 : Helikopter-Streichquartett | Quatuor à cordes avec hélicoptères | Helicopter String Quartet

« J’ai souvent eu l’occasion de réaliser des rêves, et ce fut le cas pour Helikopter-Streichquartett ». La scène la plus célèbre du cycle Licht exécute l’une des grandes ambitions sonores de Karlheinz Stockhausen : l’exécution d’une musique dans plusieurs espaces en un même temps.

Quatre musiciens d’un quatuor à cordes viennent saluer le public dans l’auditorium, en sortent, montent chacun dans un hélicoptère, et exécutent leur partition dans les airs. Le son et l’image sont transmis en temps réel aux spectateurs restés dans la salle, sur quatre écrans et quatre groupes de hauts-parleurs.

Après la fin de la pièce, les musiciens et le pilote reviennent dans l’auditorium et sont invités à discuter de la pièce avec le public.

Stockhausen considered the Helikopter-Streichquartett to be one of his experiences of a dream come true.  It is the most famous work in the entire cycle of Licht and is the fulfillment of one of Stockhausen’s grand sound ideas, i.e. his aspiration to perform one piece of music in a number of venues at the same time.  The four musicians in the quartet enter the auditorium, bow to the audience, then leave.  Each one boards a helicopter, and they perform the music on their scores while in flight.  Both sound and image are broadcast in real time for the audience still seated in the auditorium via four screens and four groups of speakers.  At the end of the work, the musicians, together with the pilots, come back into the auditorium and are invited to discuss the work with the audience.

Scène 4 : Michaelion

Karlheinz Stockhausen imagine un siège central intergalactique nommé Michaelion, où les terriens œuvrent à l’élection d’un nouveau président à même de traduire de manière plus efficace les signaux cosmiques. Lucichameau (Luzikamel), un animal suivi d’un tromboniste, est candidat. Tout ce qu’il dit et chante subjugue son auditoire ; au moment de l’élection, le chameau tombe comme lors d’une corrida, on lui retire sa peau, et il en sort un moine vêtu de jaune.

Le moine Michaël, par ses paroles sages et lumineuses et la musique du Mercredi de Lumière, convainc enfin Lucifer d’œuvrer au travail d’harmonie du cosmos.

Karlheinz Stockhausen’s imagination devised central intergalactic headquarters known as “Michaelion” where earthlings are, so it seems, endeavoring to elect a new president capable of efficiently translating cosmic signals.  One candidate is Lucicamel (Luzikamel), an animal followed by a trombonist.  The audience is thrilled with everything he says and sings;  but at the time of the election, the camel collapses, falling to the ground as if in a bullfight.  The animal is skinned and emerges as a monk clad in yellow.  Monk Michael, with enlightened, wise words and the music of Mittwoch aus Licht, finally convinces Lucifer to work in the interest of harmony in the cosmos.

Mittwochs-Abschied | Adieu du mercredi | Wednesday Farewell

Dans le foyer, la musique électronique d’Orchester-Finalisten est diffusée, alors que le public sort de l’auditorium.

In the foyer, the recording of the electronic music of Orchester-Finalisten is heard as the audience leaves the theater.

Salut du Mercredi | Wednesday Greeting – 54mn

Bande | Tape
Projection sonore | Sound projection

Scène I : Parlement du monde | World Parliament  – 38mn

  • 1 chef de chant | 1 song leader
  • 1 soprano colorature | 1 coloratura soprano
  • 3 sopranos | 3 sopranos
  • 3 altos | 3 altos
  • 3 ténors | 3 ténors
  • 1 bariton | 1 baritone
  • 3 basses | 3 bass
  • 2 acteurs | 2 actors

Scène II | Orchestre de Finalistes | Orchestra Finalists – 46mn

  • 1 hautbois | 1 oboe
  • 1 violoncelle | 1 cello
  • 1 basson | 1 pianist
  • 1 violon | 1 violin
  • 1 tuba | 1 tuba
  • 1 flûte | 1 flute
  • 1 trombonne | 1 trombone
  • 1 alto | 1 alto
  • 1 trompette | 1 trumpet
  • 1 contrebasse | 1 double bass
  • 1 cor | 1 horn
  • 1 percussion | 1 percussion
  • Projection sonore | Sound projection

Scène III : Le Quatuor à cordes des hélicoptères  | Helicopter string quartet 31mn

Quatuor à corde| String quartet
4 hélicoptères avec pilotes et 4 techniciens | 4 helicopters with pilotes and 4 sound technicians
4 transmetteurs télévisuels | 4 televisions transmitters
4×3 transmetteurs de son | 4×3 sound transmitters
4 colonnes de télévisions et 4 colonnes de hauts-parleurs | 4 columns of televisions and 4 columns of loudspeakers.
Sonorisateur/modérateur | Sound projectionnist/Moderator

Scène 4 : Michaelion | Michaelion – 59mn

Chœur | Choir
Basse | Bass with short-wave receiver
Flûte | Flute
Cor de basset | Bassethorn
Trompette | Trumpet
Trombone | Trombone
Synthétiser | Synthesizer
Bande | Tape
2 danseurs | 2 dancers
Sonorisateur | Sound projectionist

L’Adieu du Mercredi  | Mittwochs-Abschied – 44mn

Musique électronique et concrète | Electronic and concrete music

Création mondiale | Premiere of the opera
22 août 2012, par la Birmingham Opera Company à Argyle Works

Création Le Balcon | Premiere of our version
Automne | Fall 2023

Durée totale | Total duration : 4h27mn