Mittwoch aus Licht

Opéra

Karlheinz Stockhausen (1928-2007)
Mittwoch aus Licht (1995-1997)

opéra en un salut, quatre scènes et un adieu pour neuf instrumentistes, un chœur avec chef chantant, orchestre, danseurs-mimes et électronique
[Mercredi de Lumière]

nouvelle production Le Balcon, Philharmonie de Paris
date prévisionnelle novembre 2023
durée approximative : 4h30

Mittwoch aus Licht – Mercredi de Lumière -, est le sixième des sept opéras du compositeur Karlheinz Stockhausen réunis sous le titre Licht.

Mittwoch est l’opéra de la coopération, de la réconciliation et de l’alliance des trois protagonistes de Licht. Son élément est l’air, ce qui influence particulièrement l’écriture des quatre scènes : celles-ci ne sont pas reliés par une trame narrative mais possèdent une relation commune à l’idée d’unification qui se manifeste dans la musique elle-même. La musique de Mittwoch, prise dans sa totalité, propose une ouverture : ouverture de la salle de concert, multiplication des espaces pour un même temps musical, vision d’une musique « volante », produite par des musiciens élevés dans les airs.

***

Mittwoch aus Licht – Wednesday from Light – is the sixth of the seven operas written by Karlheinz Stockhausen, assembled under the name LICHT. Mittwoch is the opera of cooperation, reconciliation and ultimately, love. Its element is air. Every act of Mittwoch is not related by a dramatic arc but they all have a common relationship to unity and symbiosis inside the music itself. Also, they all are related to the opening up of the concert physical space, and to the art of flying.

Salut du Mercredi | Wednesday Greeting – 54mn

Bande | Tape
Projection sonore | Sound projection

Scène I : Parlement du monde | World Parliament  – 38mn

  • 1 chef de chant | 1 song leader
  • 1 soprano colorature | 1 coloratura soprano
  • 3 sopranos | 3 sopranos
  • 3 altos | 3 altos
  • 3 ténors | 3 ténors
  • 1 bariton | 1 baritone
  • 3 basses | 3 bass
  • 2 acteurs | 2 actors

Scène II | Orchestre de Finalistes | Orchestra Finalists – 46mn

  • 1 hautbois | 1 oboe
  • 1 violoncelle | 1 cello
  • 1 basson | 1 pianist
  • 1 violon | 1 violin
  • 1 tuba | 1 tuba
  • 1 flûte | 1 flute
  • 1 trombonne | 1 trombone
  • 1 alto | 1 alto
  • 1 trompette | 1 trumpet
  • 1 contrebasse | 1 double bass
  • 1 cor | 1 horn
  • 1 percussion | 1 percussion
  • Projection sonore | Sound projection

Scène III : Le Quatuor à cordes des hélicoptères  | Helicopter string quartet 31mn

Quatuor à corde| String quartet
4 hélicoptères avec pilotes et 4 techniciens | 4 helicopters with pilotes and 4 sound technicians
4 transmetteurs télévisuels | 4 televisions transmitters
4×3 transmetteurs de son | 4×3 sound transmitters
4 colonnes de télévisions et 4 colonnes de hauts-parleurs | 4 columns of televisions and 4 columns of loudspeakers.
Sonorisateur/modérateur | Sound projectionnist/Moderator

Scène 4 : Michaelion | Michaelion – 59mn

Chœur | Choir
Basse | Bass with short-wave receiver
Flûte | Flute
Cor de basset | Bassethorn
Trompette | Trumpet
Trombone | Trombone
Synthétiser | Synthesizer
Bande | Tape
2 danseurs | 2 dancers
Sonorisateur | Sound projectionist

L’Adieu du Mercredi  | Mittwochs-Abschied – 44mn

Musique électronique et concrète | Electronic and concrete music

Création mondiale | Premiere of the opera
22 août 2012, par la Birmingham Opera Company à Argyle Works

Création Le Balcon | Premiere of our version
Automne | Fall 2023

Durée totale | Total duration : 4h27mn

Mittwochs-Gruss / Le salut du mercredi

La musique électronique de Michaelion, la quatrième scène de Mittwoch aus Licht, est jouée dans l’auditorium. Les spectateurs ressentent l’effet du vent, grâce à l’exposition de voiles et de cerfs-volants. La musique circule dans tout l’espace

Wednesday Greeting is the electronic music of the fourth scene, Michaelion. It must be played in the concert hall foyer. The audience feel the blow of the wind, seeing for example the movement of veils and kites.

Scène 1 : Welt-Parlament / Le parlement du monde

Un parlement du monde, composé d’un chœur a cappella, est réparti en demi-cercle sur l’espace de la scène. Son président, placé au centre, prend la parole, et engage les députés à partager leurs idées sur l’amour : douze solistes venant de différentes directions s’avancent ainsi au milieu, et chantent des textes très variés sur cette thématique. Avec humour, le président corrige ou confirme les propos des députés. Une soprano coloratura prend soudain la place du président, et chante en dirigeant le chœur temporairement.

A world parliament, composed with a choir, is placed in a semi-arc on the stage. At the center, in an elevated position, there’s a president, inviting 12 singer soloists to share their views and thoughts about love.

Scène 2 : Orchester-Finalisten / Les finalistes de concours d’orchestre

La musique électronique et concrète d’Orchester-Finalisten déploie onze espaces sonores, qui viennent, s’enchaînent et se superposent par strates de trois, grâce à une projection en octophonie. Le son nous transporte ainsi à l’intérieur de la Basilique Saint-Marc de Venise, au-dessus d’une piscine où crient des enfants, dans un souk à Marrakech, un au-dessus d’un port, d’un train à vapeur…Douze solistes (flûte, hautbois, clarinette, basson, cor, trompette, trombone, tuba, violon, alto, violoncelle, contrebasse), planent dans les airs, et s’approchent en volant du public. Ils jouent chacun un solo, comme le feraient un musicien passant une épreuve virtuose de concours d’orchestre. Plus le temps passe, plus les sons s’éloignent de l’imaginaire sonore associé à la salle de concert, nous permettant d’entendre des espaces de plus en plus grands, de plus en plus ouverts : « on se retrouve ainsi dans un état qui n’est pas la perception de ce monde, mais qui nous ouvre à des expériences sonores occultes », K. Stockhausen.

11 instrumental soloists are flying above the audience. They all play a solo, like professional musicians would do for an audition. While they play, the visual and acoustic space change : we are transported above a swimming pool filled with litt- le boys yelling, in a Marrakech souk, near a locomotive, inside the St Mark’s Basi- lica, and inside Stockhausen’s « imaginary spaces », composed with the concrete sounds of three acoustic spaces played at the same time.

Scène 3 : Helikopter-Streichquartett / Quatuor à cordes avec hélicoptères

« J’ai souvent eu l’occasion de réaliser des rêves, et ce fut le cas pour Helikopter-Streichquartett ». L’œuvre la plus célèbre du cycle Licht exécute l’une des grandes idées sonores de Stockhausen : l’exécution d’une musique dans plusieurs espaces pour un même temps. Quatre musiciens d’un quatuor à cordes viennent saluer le public dans l’auditorium, en sortent, montent chacun dans un hélicoptère, et exécutent leur partition dans les airs. Le son et l’image sont transmis en temps réel aux spectateurs restés dans la salle, sur quatre écrans et quatre groupes de hauts-parleurs. Après la fin de la pièce, les musiciens et le pilote reviennent dans l’auditorium et sont invités à discuter de la pièce avec le public.

First, we hear a press conference, in which the musical director explains what is going to happen, and introduce the audience to four string instrumentists. The so- loists then leave the auditorium, enter four helicopters, which start flying around the concert hall ; they play a string quartet, synchronized and heard in the audi- torium with loudspeakers and screens. The meaning of this piece is the creation of a same, united music while being in different spaces. In the end, the artists and the pilots (!) are interviewed in the auditorium.

Scène 4 : Michaelion

Karlheinz Stockhausen imagine un siège central intergalactique nommé Michaelion, où les terriens œuvreraient à l’élection d’un nouveau président, à même de traduire de manière plus efficace les signaux cosmiques. Lucichameau (Luzikamel), un animal suivi d’un tromboniste, est candidat. Tout ce qu’il dit et chante subjugue son auditoire ; au moment de l’élection, le chameau tombe comme lors d’une corrida, on lui enlève sa peau, et il en sort un moine vêtu de jaune. Le moine Michaël, par ses paroles sages et lumineuses et la musique du Mercredi de Lumière, convainc enfin Lucifer d’œuvrer au travail d’harmonie du cosmos.

In galactic headquarters called Michaelion, people are looking to elect a new pre- sident, in order to translate in a more effective way the cosmic signals. Luzika- mel, a strange animal-character followed by a trombone player, is a candidate. It dances, then fall, then a monk comes out of the camel’s skin, and stays alone. Six singer soloists appear and sing with emotion, that Lucifer has been cured and transformed by Michael, Eve and LICHT music.

Mittwochs-Abschied / L’adieu du mercredi

Dans le foyer, la musique électronique de Orchester-Finalisten est diffusée, alors que le public sort de l’auditorium.

In the concert hall foyer, the spectators hear the electronic music of Orchestra Finalists.