Dienstag aus Licht

opéra

Concert le 24 octobre 2020 à la Philharmonie de Paris.

Karlheinz Stockhausen (1928-2007)
Dienstag aus Licht (1977-1991) [Mardi de Lumière]

opéra en un salut, deux actes et un adieu, pour dix-sept solistes, acteurs, chœur « orchestre européen », bande, chef d’orchestre et un sonorisateur

Dienstag aus Licht, jour de la guerre, est consacré à la relation conflictuelle qui oppose Michaël et Lucifer. Quatrième volet du cycle Licht (dans l’ordre d’écriture), nous avons choisi de le présenter en troisième, afin de montrer une interaction entre deux personnages qui viennent d’être présentés dans le Jeudi et le Samedi de Lumière.

Effectif : 14 solistes, ensemble de trompettes et trombones, acteurs, chœur, « orchestre européen » & électronique
Création Le Balcon : 24 octobre 2020, Philharmonie de Paris
Couleur : rouge géranium | Corps céleste : Mars | Qualités spirituelles : idéalisme et dévotion

Dienstags-Gruss | Salut du Mardi

Deux ensembles d’instrumentistes, représentant Lucifer et Michaël, s’affrontent musicalement et idéologiquement. Au centre de la scène, une soprano représentant Eva pleure leur conflit et les supplie de parvenir à une réconciliation.

Acte 1 : La Course de l’année

Lucifer invite Michaël à une « Course de l’année », un défi au cours duquel il arrêtera le temps, Michaël devant tenter de le remettre en mouvement. À quatre reprises, Lucifer stoppera le temps, ayant recours pour cela à des « tentations » (des mets délicieux, une femme plantureuse, un orage…) et à quatre reprises, Michaël le remettra en mouvement avec des « incitations » (une importante somme de marks est promise au vainqueur, un singe se rue sur scène en voiture de sport…). Lucifer, non sans ironie, déclare Michaël vainqueur du combat et lui recommande de se préparer à une bataille bien plus féroce.

Acte II : Invasion – Explosion avec adieu

Dienstag aus Licht délaisse alors le comique pour tendre vers le tragique. La scène, et au-delà, la salle de concert toute entière est transformée en champ de bataille. Les groupes d’instruments sont des régiments d’artillerie qui s’affrontent. L’un des trompettistes, touché, s’effondre sur le sol. Une infirmière de la croix-rouge le prend dans ses bras. Ils jouent un duo déchirant.

La bataille reprend, les troupes de Michaël, en difficulté, battent en retraite. Les combattants de Lucifer s’emploient à percer l’entrée de leur refuge. Les combattants disparaissent. Un nouveau monde apparait alors, illuminé d’une lumière blanche.

Un musicien exubérant et euphorique nommé Synthifou apparaît, harnaché de synthétiseurs et de hauts-parleurs. De plus en plus extatique, il joue un solo spectaculaire et futuriste, diffusant couleurs et lumières autour de lui. Les belligérants s’arrêtent et le regardent, fascinés, avant de disparaître dans les limbes. Son compte à rebours final, de treize à un, marque la fin du Mardi de Lumière.

Salut du Mardi
20mn

1 soprano solo
9 trompettes
9 trombones
2 synthétiseurs
1 chœur
1 chef d’orchestre avec 1 assistant

Acte 1 : La Course de l’année
57mn

1 ténor
1 basse
4 danseurs
1 acteur-chanteur
3 acteurs
1 petite fille
1 femme plantureuse
1 « orchestre européen » : 3 harmoniums, 3 flûtes, 3 saxophones sopranos, une guitare électrique, 1 clavecin, 3 percussionnistes
1 sonorisateur

Acte II | Invasion – Explosion avec Adieu
1h15

1 soprano
1 ténor
1 basse
3 trompettes solo (la 1ère joue du bugle solo)
3 trombones
2 synthétiseurs
2 percussionnistes
6 trompettes tutti
6 trombones tutti
1 chœur
1 chef d’orchestre (invisible)

L’intégralité de cet opéra est sonorisé et comporte des parties d’électronique musicale. Contrairement à d’autres opéras du cycle LICHT, le Salut et L’Adieu sont exécutés dans la salle de concerts

Création mondiale
28 mai 1993, Opéra de Leipzig, Allemagne.

Création Le Balcon
24 octobre 2020

Durée totale
2h30mn + 1 entracte

Conception & direction musicale Maxime Pascal
Conception & mise en scène Damien Bigourdan
Conception & création vidéo Nieto
Scénographie Myrtille Debièvre
Lumières Catherine Verheyde
Costumes Pascale Lavandier
Projection sonore Florent Derex
Réalisation informatique musicale Augustin Muller

Eva Elise Chauvin (Gruss) & Léa Trommenschlager (Acte II)
Général des troupes de Michaël Henri Deléger (trompette)
Général des troupes de Lucifer Mathieu Adam (trombone)
Synthi-Fou Sarah Kim (orgue)